Menu principal

Accueil
Plan du Site
Histoire de l'UDAF
L'Institution
Les Services de l'UDAF
Les Représentations
Conseil d'Administration
__________________________
Location de salle
__________________________
Informations Familles
Communiqués de l'UNAF
Chiffre clé de la semaine
Publications / Etudes
Défense Consommateur
__________________________
Les Associations
Vie des associations
__________________________
Nous contacter
Liens
Nos adresses
__________________________
Archives
L'effort familial
___________________________
Réforme des tutelles
___________________________
Lettre d'info UDAF54
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
Mentions légales
jemengagelogo.jpg

Accueil

Marie-Andrée BLANC, nouvelle Présidente de l’UNAF

Marie-Andrée Blanc a été élue Présidente de l’Union nationale des Associations Familiales par le Conseil d’administration, réuni le vendredi 26 juin 2015.


Image


Elle est la première femme à présider l’UNAF, depuis la création de l’Institution en 1945.

Issue du Mouvement « Familles rurales » et Présidente de l’UDAF de Haute-Loire, elle est administratrice de l’UNAF, depuis 2012.

Marie-Andrée Blanc succède ainsi à François Fondard qui assurait la présidence de l’UNAF depuis juin 2006.

Source: Communiqué de presse UNAF n°11.26.06.15


Image 

  

   Depuis 70 ans, partout en France, l'UNAF, les UDAF et les URAF représentent et défendent les intérêts de l'ensemble des familles.


 

Projet de loi de modernisation de notre système de santé : l’UNAF salue des avancées pour les familles

 

Image 

  

Présenté au Conseil des ministres en octobre 2014, ce texte a été fortement modifié en commission et en séance publique de l’Assemblée nationale. A l’issue de ce premier examen, l’UNAF est globalement satisfaite du projet de loi.

Des points forts souhaités par l’UNAF

  • Une priorité à la politique de santé de l’enfant.
  • Une prise en compte de la PMI dans la stratégie nationale de santé
  •  Une promotion de la prévention des maladies, de la douleur et des pertes d’autonomie, notamment par la définition d’un parcours éducatif de santé de l’enfant, par l’éducation à la santé et par la promotion d’une pratique régulière d’activités physiques à tous les âges.
  • Une volonté d’adaptation aux besoins des personnes en situation de handicap et de leurs aidants familiaux.
  • Une promotion de la santé à l’école prenant en compte l’environnement familial.
  • Une harmonisation, par ordonnances, des dispositions du code civil et du code de santé publique sur l’expression de la volonté des personnes faisant l’objet d’une mesure de protection juridique face à un acte médical.

Tiers payant et autres dispositions positives

Dès octobre, l’UNAF s’était prononcée en faveur du tiers payant qui devrait contribuer à réduire le renoncement aux soins de certaines familles pour raisons économiques et à désengorger les urgences. Par ailleurs, l’UNAF est également satisfaite : de la relance du Dossier médical partagé, de la mise en place de projets d’accompagnement ayant pour but l’autonomie de la personne, ou encore de la création de l’action de groupe dans le domaine de la santé.

Une démocratie sanitaire renforcée

En terme de démocratie sanitaire, il est rassurant que plusieurs articles prévoient la consultation des représentants des usagers, tant pour la définition des politiques publiques qu’au sein de diverses instances, agences et conseils au niveau national et territorial, notamment dans les conseils territoriaux de santé. De même, le texte indique que les représentants des usagers recevront une formation « de base » dispensée par les associations agréées, ouvrant droit à une indemnisation. Enfin, la redéfinition des missions des commissions des usagers (ex CRUQPC) ouvre la possibilité à cette instance de se saisir de tout sujet se rapportant à la politique de qualité et de sécurité élaborée par la commission ou la conférence médicale.

Les demandes supplémentaires de l’UNAF


L’UNAF souhaite que le Sénat complète le texte afin que :

  •  chaque aidant familial puisse bénéficier d’un bilan annuel de santé,
  • le rapport annuel de l’expérimentation de salles de consommation à moindre risque soit transmis tant au maire de la commune qu’à la conférence régionale de santé et de l’autonomie afin que la société civile soit associée à l’évaluation du dispositif et qu’un débat puisse avoir lieu,
  • le refus de soins soit défini par la loi,
  • les questions de santé des personnes vulnérables et des aidants familiaux soient intégrées dans la formation continue des médecins.


L’UNAF proposera aux sénateurs des modifications du texte sur ces différents points. 

 


 

 Extension du travail du dimanche : Quand les parents pourront-ils s’occuper de leurs enfants ?


  
Image

  

Le projet de loi, dit « Macron », qui permettrait de déroger au nombre de dimanches travaillés, arrive en débat à l’Assemblée Nationale la semaine prochaine. Au lendemain des évènements qui ont réactivé la nécessité de soutenir les parents dans leur rôle éducatif, l’UNAF alerte sur ses conséquences négatives pour l’organisation des familles et pour le travail des femmes. D’autant que les effets de cette mesure sur l’emploi et la croissance sont loin d’être démontrés.

Pour rappel, le projet prévoit notamment l’extension de la dérogation d’ouverture le dimanche des magasins de détail, partout en France, y compris en dehors des zones touristiques.

Les risques identifiés par l’UNAF


  •   Une contrainte pour les parents salariés :

 
En autorisant à passer de 5 à 12 dimanches travaillés, ce projet va, de fait, permettre à certains employeurs de faire travailler leurs salariés 1 dimanche sur 4. Bien sûr, pour l’UNAF, le travail est nécessaire au maintien du pouvoir d’achat des familles et les personnes qui veulent travailler doivent pouvoir le faire... Mais le principe du volontariat est fictif dans un contexte de chômage de masse, qui plus est, dans un secteur où les salariés, principalement des femmes, sont contraints à des temps partiels et à des horaires décalés. L’UNAF alerte sur les effets de cette dérogation supplémentaire sur l’emploi des femmes, sur les besoins en modes de garde atypiques, sur l’organisation des familles. De plus, quelle est la « liberté » de travailler pour une femme seule qui n’a pas de solution de garde pour ses enfants ?

  •   La désorganisation des familles :

 
La durée du temps passé en famille est déterminante pour le développement des enfants. Comment exiger que les parents soient les principaux éducateurs de leurs enfants, tout en les privant du temps nécessaire pour s’investir dans cette tâche ? Les difficultés entre vie familiale et vie professionnelle sont déjà réelles : cette extension risque de renforcer le phénomène. Pour l’UNAF, ce sont les rythmes de consommation qui doivent s’adapter à la vie de famille et non l’inverse.

  •   Les effets pervers de la mesure :

 
Le pouvoir d’achat des familles n’est pas extensible. Par l’incitation supplémentaire à la consommation, cette mesure risque d’aggraver le surendettement des familles les plus fragiles.

Au regard des évènements récents, qui reposent avec acuité la nécessité d’accorder du temps aux parents pour qu’ils exercent leur mission éducative, l’UNAF entend saisir la Ministre de la Famille et alerter les maires sur leur responsabilité dans l’adaptation des dispositifs d’accueil des enfants (crèches et centres de loisirs) pour permettre aux parents, qui doivent travailler le dimanche, de pouvoir s’organiser.

 
 
Source: Communiqué de presse UNAF n°3.22.01.15

 

 


Détecteurs de fumée : obligatoires dès le 8 mars 2015
  
 
 Image
  
 
 
La loi n° 2010-238 du 9 mars 2010 rend obligatoire l'installation de détecteurs de fumée dans tous les logements dès le 8 mars 2015.
 
Le propriétaire d'un logement, soit en tant que bailleur, soit en tant qu'occupant du logement, est chargé d'installer au moins un détecteur de fumée normalisé (article L.129-8 du code de la construction et de l'habitation modifié par l'article 3 de la loi ALUR).

Il devra être certifié selon la norme européenne EN 14604.


L'occupant du logement, qu'il soit locataire ou propriétaire, veille à l'entretien et au bon fonctionnement du dispositif. Il notifie cette installation à son assureur avec lequel il a conclu un contrat garantissant les dommages incendie.
 
   


 

 
 
© 2015 UDAF de Meurthe-et-Moselle
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.