Menu principal

Accueil
Plan du Site
Histoire de l'UDAF
L'Institution
Les Services de l'UDAF
Les Représentations
Conseil d'Administration
__________________________
Location de salle
__________________________
Informations Familles
Communiqués de l'UNAF
Chiffre clé de la semaine
Publications / Etudes
Défense Consommateur
__________________________
Les Associations
Vie des associations
__________________________
Nous contacter
Liens
Nos adresses
__________________________
Archives
L'effort familial
___________________________
Réforme des tutelles
___________________________
Lettre d'info UDAF54
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
Mentions légales
jemengagelogo.jpg

Accueil

Démographie : Baisse de la fécondité : la plus importante depuis 20 ans ! 

 

 Image

 

Les chiffres 2015 de la démographie sont publiés aujourd’hui et confirment une chute de la fécondité et des naissances. De 2,01 à 1,96 enfant par femme, c’est la plus importante baisse annuelle en 20 ans. L’UNAF n’est pas surprise car, depuis des années, elle ne cesse d’alerter les pouvoirs publics sur les conséquences des remises en question répétées de la politique familiale sur la confiance des familles… et donc sur la natalité.

La chute de la fécondité de 2,01 à 1,96 enfant par femme est la principale cause de cette baisse de 20 000 naissances. Les mécaniques statistiques (comme la baisse du nombre de femme en âge de procréer) ne sont cette année qu’un facteur secondaire et n’expliquent pas le changement de comportement des familles.

Pour l’UNAF, le décrochage était prévisible : si, grâce à sa politique familiale, la natalité française résistait jusqu’alors, ses remises en cause répétées et massives ont fini par entamer la confiance des familles et par réduire la réalisation de leurs projets familiaux.

Réaliser son désir d’enfant : une question de confiance

En 2013, l’UNAF a mené l’enquête auprès des familles : après la stabilité affective, c’est la stabilité économique de la famille (logement, emploi, revenus) qui permet la réalisation du désir d’enfant. Or, malgré la crise et contrairement à d’autres pays confrontés aux mêmes difficultés, la natalité française n’avait pas baissé. La politique familiale était une référence solide et consensuelle sur laquelle les familles pensaient pouvoir compter.

Le lien entre politique familiale et naissances

En effet, même si le lien n’est pas mécanique, les études recensées sur le sujet concluent à l’effet positif des politiques d’aide aux familles sur la fécondité. Démonstration tangible : en 1994, alors que le taux de fécondité par femme était tombé à 1,68, c’est bien la construction d’une politique volontariste composée d’allocations familiales, de mesures en faveur de la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle, de mesures fiscales qui a, en quelques années, permis d’inverser durablement la courbe.

La stabilité de la politique familiale est un paramètre essentiel pour que les parents et futurs parents se projettent dans l’avenir et concrétisent, avec confiance, leurs projets familiaux.

Une politique familiale fragilisée

La politique familiale portait ses fruits et constituait un bouclier qui faisait de la France une exception en Europe. Alors que c’était une politique publique reconnue pour son efficacité, elle a, paradoxalement, fait l’objet de nombreuses coupes drastiques.

Au fil des années, le décalage n’a cessé de se creuser entre les déclarations positives sur la réussite et l’utilité de la politique familiale, et la réalité des décisions qui conduisent à en réduire la portée.

Dès 2008, la branche famille a artificiellement été mise en déficit par des transferts de charges provenant de la branche vieillesse et des réformes de son financement et depuis 5 années, les efforts demandés aux familles pour résorber ce déficit organisé se succèdent à rythme répété et dans une ampleur inédite. Près de 2,63 milliards d’euros perdus depuis 2013. Rien qu’entre 2013 et 2015, les aides pour la petite enfance de la CNAF ont baissé de près de 600 millions d’euros. Sans compter les mesures dont l’impact va s’accroitre comme la réduction du congé parental d’éducation.

Autant de réductions ciblées sur les familles qui ont fini par entamer leur confiance.

Au-delà de l’enjeu public en termes de dynamisme économique ou encore d’équilibre des retraites, c’est le bien-être des familles qui est en cause : leur désir d’enfant est intact mais leur confiance est atteinte. Il est encore temps de réagir !


Source: Communiqué de presse UNAF n°2.19.01.16

 
 
 
Image
  
  

 


 

La situation des aidants salariés
 

74 % des salariés aidants se déclarent satisfaits par leur travail. Ils voient même leurs missions en entreprise comme une source de stimulation à côté de leur rôle d’aidant. Contrairement aux idées reçues, 72 % d’entre eux considèrent leur activité professionnelle comme une source de répit. Pour autant, les aidants n’informent pas forcément leur entreprise de leur situation et un certain nombre d’aidants considèrent que l’aide qu’ils apportent nuit à leur carrière (58% des répondants) ou à leur rémunération (54%). Mener de front vie d’aidant et activité professionnelle ne se fait pas sans contrainte puisque 50 % des personnes interrogées ont dû aménager leurs horaires de travail et 36 % les ont diminué. Pour autant, 72% des salariés aidants connaissent mal voire ignorent l’existence de dispositifs de soutien légaux tels que le congé de soutien familial et le congé de solidarité, auxquels ils peuvent avoir droit.
 
Journée nationale des aidants 2015 : être aidant et travailler, la Macif et l'Unaf font tomber les idées reçues.

 

Image

 


Plus d'infos en suivant ce lien


 

Observatoire des familles - Prévention santé : quelle place pour les familles ?

Image

Lors de la présentation de la stratégie nationale de santé en septembre 2013, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a rappelé que « la famille joue un rôle essentiel dans l’éducation à la santé et dans l’accompagnement des malades ». A l’ouverture du débat sur le projet de loi Santé qui consacre son titre premier à la prévention, l’UNAF a mené l’enquête auprès des familles pour connaître leurs pratiques, leurs ressentis, leurs besoins et leurs attentes.


La prévention santé : une question familiale


La santé représente un capital qui se constitue dès l’enfance. C’est, en partie, des habitudes et des comportements acquis durant cette période que dépendra l’état de santé de chaque individu tout au long de sa vie. C’est dire l’importance du rôle de la famille. L’objectif de cette étude est de mieux connaître leurs attitudes et leurs comportements en matière de prévention, mais aussi leurs attentes par rapport aux différents acteurs y compris les associations familiales.


Des différences sociales et territoriales


Cette enquête nationale auprès de 3000 allocataires des allocations familiales est complétée par les enquêtes menées par 23 UDAF et 6 URAF. Ce sont au total les réponses de 17 500 familles qui ont été collectées avec des analyses spécifiques couvrant 46 départements.

Les réponses des familles révèlent la place du médecin traitant dans la prévention mais aussi la difficulté d’aborder le sujet lors des consultations qui restent centrées sur le curatif. Elles soulignent les sujets de prévention sur lesquels les familles ont besoin d’une aide extérieure (gestion du stress, santé et environnement, addictions aux écrans, maladies cardio-vasculaires…). Elles montrent des pratiques plutôt responsables des familles mais aussi la difficulté de les concilier avec les modes de vie actuels. Elles expliquent que le renoncement aux soins a des raisons économiques mais est également dû aux délais de rendez-vous, d’attente ou à l’éloignement des services de soins. Les différences géographiques sont marquées, ce qui donne de précieuses indications sur les priorités d’action selon les territoires.


Accompagner les familles pour renforcer leurs compétences


Le développement de parcours de santé, d’une médecine prédictive, plus individualisée, le déploiement des technologies de l’information et de la communication liées à la santé renforcent l’idée que la prévention doit avoir une place essentielle dans notre système de santé. Mais pour être plus actrices de leur santé, les familles ont besoin d’être accompagnées car les sites internet ou les campagnes de prévention ne suffisent pas. Le champ d’action semble très ouvert, en particulier pour les associations familiales, pour aider les familles à renforcer leurs compétences en matière de prévention santé.

 

Source: Communiqué de presse UNAF n° 14 


 

Image

 L'UNAF reçoit l'agrément au titre de la jeunesse et de l'éducation populaire


L'UNAF (Union nationale des associations familiales) a reçu du Ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, l'agrément au titre de la jeunesse et de l'éducation populaire, au travers duquel le Ministère reconnaît comme partenaire particulier et privilégié les associations qu'il souhaite aider et qui s'engagent à s'adresser aux jeunes et/ou qui concernent le domaine de l'éducation populaire.
 
   
 
© 2016 UDAF de Meurthe-et-Moselle
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.