A retenir

Chiffres clés 2019
 
 

Menu principal

Accueil
__________________________
Soutien tuteurs familiaux
Plan du Site
Histoire de l'UDAF
L'Institution
Les Services de l'UDAF
Les Représentations
Conseil d'Administration
__________________________
Location de salle
__________________________
Informations Familles
Communiqués de l'UNAF
Chiffre clé de la semaine
Publications / Etudes
Défense Consommateur
__________________________
Les Associations
Vie des associations
__________________________
Liens
Nos adresses
__________________________
Archives
L'effort familial
___________________________
Réforme des tutelles
___________________________
Lettre d'info UDAF54
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
Mentions légales
Accueil
jemengagelogo.jpg

Accueil arrow Communiqués de l'UNAF arrow Lutte contre les frais bancaires abusifs : Lancer une réforme structurelle de la tarification

Lutte contre les frais bancaires abusifs : Lancer une réforme structurelle de la tarification pour rétablir la confiance des familles et des consommateurs

Alors qu’un nouveau décret sur les frais d’incidents bancaires vient d’être publié et ne suffit pas à répondre aux enjeux, l’Unaf invite le Gouvernement à initier, aux côtés des banques et des associations, une véritable réforme structurelle de la tarification bancaire.
Le problème des frais bancaires abusifs reste entier

Suite aux vifs débats parlementaires de juin, il avait été annoncé que le dispositif actuel de plafonnement de ces frais pour les clients « identifiés comme fragiles » serait amélioré. Malheureusement, ce nouveau décret n’améliore qu’à la marge un dispositif qui manque toujours d’ambition et de clarté :

• En l’absence de définition harmonisée de la « fragilité financière », un client pourra être considéré comme fragile dans une banque et pas dans une autre.
• Alors que 8 millions de personnes souffrent tous les mois de cascades de frais, le nouveau dispositif ne concernera que 3.8 millions de clients, au maximum.
• Le maintien d’un seul critère de revenu pour l’entrée dans le dispositif ferme les portes à ceux confrontés aux accidents de la vie et à une chute brutale de ressources. A l’heure où les perspectives économiques et sociales[1] s’assombrissent, ces cas risquent d’augmenter.

Si l’Unaf et les associations ont obtenu que l’Observatoire de l’Inclusion Bancaire accepte de dénoncer les mauvaises pratiques des banques selon le principe de « name and shame », il est néanmoins évident que le dispositif « client fragile », limité dans son éligibilité et hétérogène dans sa mise en œuvre, ne constitue pas une réponse à la hauteur des enjeux. Il est grand temps de changer de méthode.
Une réforme structurelle pour une tarification responsable des services bancaires est nécessaire

Depuis des années, l’Unaf et le secteur associatif multiplient les enquêtes et les alertes sur les frais d’incidents bancaires. En réponse, pas moins de cinq engagements de Place ont été signés par la profession bancaire sur ce sujet. A cela se sont ajoutés et sédimentés deux lois, quatre décrets, une charte d’accessibilité bancaire et de nombreux rapports, avec pour principal résultat un régime de frais qui demeure illisible, pour les consommateurs comme pour les conseillers bancaires.

Dans un contexte difficile, alors que les banques doivent fidéliser de plus en plus leurs clients, les frais d’incidents n’ont aucun avenir car ils pénalisent des consommateurs encore trop captifs et génèrent des incivilités en agences. Mais comment pourraient-elles renoncer volontairement à cette rente ? C’est pourquoi, l’Unaf aux côtés d’autres associations[2], a récemment appelé à un changement radical de logique pour s’attaquer au fond du problème : le déséquilibre global de la tarification des services bancaires.

L’Unaf appelle le Gouvernement à s’inspirer de la méthode de concertation qui a guidé la loi Lagarde de 2010 pour co-construire une vision stratégique pour l’industrie de la banque de détail et trouver, avec les banques, la voie d’une tarification responsable, qui protégerait l’ensemble des clients sans attendre leur appauvrissement. En tant qu’association de défense des consommateurs et premier réseau de Points conseil budget, l’Unaf restera mobilisée et sera force de proposition pour répondre à cet enjeu autant social qu’économique.

Source: Communiqué de presse UNAF N°16.22.07.20
 
© 2021 UDAF de Meurthe-et-Moselle
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.